Actualités

Partager sur :

L’agilité organisationnelle : Quelques clés de compréhension d’une pratique aujourd’hui indispensable en entreprise

Publié par Patrick BOUILLET
Vue 23 fois

Cet article a été initialement publié sur Survey-Magazine dans la rubrique Chroniques "Les bonnes pratiques de la co-création" par Elodie Jouny-Rivier.

L’agilité organisationnelle est une notion aujourd’hui ancrée dans les pratiques de beaucoup d'organisations et proposée dans de nombreux programmes de formation. Une étude récente du cabinet McKinsey montre que la rentabilité opérationnelle des entreprises agiles serait 30% plus élevée que celle des entreprises qui ne le sont pas.

 

Que signifie concrètement être agile pour une organisation ?

Quels sont les outils et techniques que l’on peut lui associer ?

 

Nous apportons des éléments de précisions autour de cette pratique avec le regard de deux experts, Diana Jimenez et Jean-Sébastien Lacam.

Notion de plus en plus tendance dans les organisations et qui a pourtant été mise en avant il y a plus de 30 ans par de nombreux chercheurs, l’agilité organisationnelle n’a de cesse de se renouveler et de se transformer dans un contexte de marché toujours plus incertain.

 

C’est justement pour pallier cet environnement économique difficile marqué par des changements rapides, de fortes incertitudes ou encore d’hyper compétitivité que l’entreprise doit trouver le moyen de se saisir des opportunités qui lui sont offertes en développant notamment sa capacité de réaction. Comme nous l’explique Jean-Sébastien Lacam, enseignant-chercheur en stratégie et management à l’ESSCA :

 

« L’agilité « c’est une nouvelle capacité qu’a l’organisation à anticiper avec justesse tous les changements et à évoluer, à se transformer de manière coordonnée pour atteindre ses nouveaux objectifs et pour performer, mais cela se fait avec les parties prenantes, les collaborateurs et collaboratrices qui vont prendre une place essentielle ».

 

L’agilité nécessite ainsi d’adopter de nouveaux processus, de nouvelles pratiques ; elle implique une part de risque, de remise en question et de challenge. Il s’agit en effet de ne pas craindre de tout bouleverser, de pivoter, de repartir de zéro voire d’arrêter le projet.

 

Ce changement de mindset n’est pas chose aisée pour certaines organisations ou collaborateurs, persuadés de connaître sur le bout des doigts leurs clients et leur environnement de marché. Cette posture demande en effet d’abandonner certaines croyances et prénotions parfois ancrées dans la culture organisationnelle.

 

Cette posture flexible et ouverte à son environnement, cette prise en considération de la voix du client, des parties prenantes dans la conception de l'offre, les start-ups l’ont bien comprise. Cela fait même partie de leur ADN.

 

Mais qu’en est-il des grands groupes ? Comment faire preuve d’agilité organisationnelle lorsque l’on compte plus de 10 000 collaborateurs, répartis en dizaines de services, pays ?

 

Selon Diana Jimenez, fondatrice de Weji Lab, il faut avant tout laisser de l’autonomie aux équipes en faisant confiance aux managers qui feront eux-mêmes confiance à leurs équipes. Cela permettra de renforcer le sentiment de motivation des collaborateurs qui évolueront ainsi avec cet état d’esprit toujours plus ouvert à l’intelligence collective.

 

Ces savoir-être, ces soft skills sont ainsi à valoriser dans l’organisation. L’entreprise Spotify fait figure d’exemple en la matière. En effet, l’un des leaders mondiaux du streaming musical prône le travail en petite équipe appelée squad en charge d’un projet et ce, en toute autonomie. Nul besoin de rendre de comptes réguliers aux supérieurs, les projets doivent simplement s’aligner avec les autres squads et la stratégie globale de l’entreprise.

Les outils au service de l’agilité

De nombreuses formations dispensées par des écoles de commerce ou des universités pour les étudiants, ou encore par des cabinets de conseil pour les entreprises proposent d’acculturer les individus aux méthodes agiles.

 

Scrum, hackathon, SAFe, lean, design thinking, open innovation, co-création, facilitation etc., autant de démarches permettant de fournir les clés à la fois méthodologiques et d’état d’esprit indispensables à la mise en œuvre de l’agilité au sein de l’entreprise. Ces outils favorisent ainsi la transmission de savoirs et d’expériences entre individus.

... / ...




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.