Actualités

Partager sur :
13 janvier 2020
Portrait de diplômés

Rencontre avec Arnaud PÉZERON (Promo 1995), Fondateur de SYE - Start Your Engine !

Vue 336 fois

Nous avons rencontré Arnaud PÉZERON (Promo 1995), à l’occasion du lancement de SYE - Start Your Engine, une formidable aventure entrepreneuriale autour d’une nouvelle marque de montre qui n’en n’est pas une -énième ! SYE allie innovation, passion, tradition, caractère et vient bousculer une industrie plus que centenaire !

Pourquoi as-tu intégré l’ESSCA ? Qu’en retiens-tu ?

En Terminale, j’hésitais entre des études médicales et des études d’économie. Des rencontres sur les journées de l’orientation m’ont fait opter pour une école de commerce : L’ESSCA avait déjà une très bonne réputation et j’ai apprécié la présentation qui m’en avait été faite par les étudiants de l’époque !

Que retiens-tu de tes années ESSCA ?

J’en ai de très bons souvenirs, quatre années très denses. Je suis sorti de l’ESSCA avec une formation très complète, sans avoir aucun complexe d’infériorité par rapport à d’autres écoles : proximité avec le corps enseignant, les amitiés nouées et puis ce style de vie, cette parenthèse enchantée a laquelle on repense avec nostalgie. Ce fut quatre belles années pour prendre confiance en moi et affronter le marché de l’emploi avec toutes les armes nécessaires.

Quelles sont les grandes étapes de ta carrière ?

Je suis sorti de l’ESSCA en 1995, j’ai prolongé mon stage de fin d’études chez Reckitt Benckiser en tant que commercial pendant un an mais je souhaitais déjà m’orienter vers la fonction de Chef de produit.

J’ai ensuite rejoint, en tant que Chef de produit pendant trois ans, Esselte Meto qui fait partie du groupe Checkpoint, qui était un des leaders de l’équipement pour la Grande distribution : international, esprit familial et autonomie pour relancer les business qui m’étaient confiés !

J’avais la volonté d’aller sur du BtoC et en 2000 et j’ai rejoint Epson en associant mes différentes passions pour l’électronique Grand Public High-tech et l’international : j’ai évolué pendant quatre ans en tant que Chef de produit puis Chef de groupe.

Puis une nouvelle aventure de trois années chez Casio en tant que Directeur marketing pour accélérer le développement de l’horlogerie (une autre de mes grandes passions) et préparer le business de la photo numérique !

Je suis alors chassé pour rejoindre TomTom, la start-up européenne en plein expansion : J’ai beaucoup appris sur la partie Communication puisqu’en première ligne avec tous les médias !

Après cinq années, je rejoins Olympus pour repositionner complètement la marque avec une concurrence exacerbée des smartphones et amorcer le virage digital d’une entreprise qui approchait les 100 ans !

Venons-en à SYE…

J’avais monté en parallèle le blog MontresDesign en 2010, et je suivais alors de jeunes designers …avec des appels du pied pour créer ma propre marque ! Passé le cap de la quarantaine, je me suis dit que c’était le bon moment et je me suis lancé ! SYE était né !

J’avais envie d’être un acteur sur le marché de l’horlogerie mais je ne voulais pas le faire à n’importe quel prix ni en suivant un quelconque phénomène de mode…J’avais envie de manière modeste mais aussi ambitieuse de laisser une empreinte, d’arriver sur le marché avec une proposition de valeur, une innovation. Je souhaitais un produit premium autant sur la réalisation que sur les aspirations que véhicule SYE ! Je souhaitais aussi rester dans une zone de prix accessible, le fameux achat « coup de cœur » et rester sous la barre psychologique des 1000 euros.

Nos sources d’inspiration, c’est le monde des bolides : les voitures, les motos mais aussi le savoir-faire des carrossiers d’avant ou d’après-guerre, ainsi que toute l’influence des designers des années 50s, 60s, 70s…

SYE - Start Your Engine, c’est aussi démarrer le moteur à émotions de notre future communauté, revenir à l’essence de ce que doit être une montre : ressentir des choses lorsqu’on la porte au poignet !

Il en est ressorti une idée forte : travailler sur les matières et pourvoir les fusionner. Il s’agissait de fusionner et non d’associer ou de superposer : nombreuses sont les marques de montres à monter des partenariats avec de grandes marques automobiles.

Pour nous, il fallait aller plus loin ! Fusionner le cuir et le métal, en réinterprétant tous ces codes vintages mais de manière moderne, tant dans le design que dans l’exécution…Aucun compromis en terme de sourcing de matière, de fabrication, de finition…Nos partenaires ont un savoir-faire haut de gamme et nous voulions que cela se voit…Nous rejoignons le concept du Sport Tailoring…on note une hybridation entre les segments chic / élégant et sport / lifestyle…Par exemple, l’univers du luxe qui descend dans la rue et qui s’associe à la pop culture !

A un moment où on monte des services, des plateformes, tu as choisi de développer un produit bien tangible et de plus d’une extrême complexité…

Dans mon histoire, j’avais besoin d’une relation avec un produit…J’aime cette position centrale d’interface avec la R&D, le design, les ventes…

Parle nous de cette innovation spécifique à SYE…

Nous avions deux souhaits :

  • Fusionner le cuir du bracelet et le métal du boitier
  • Pouvoir changer sans difficulté le bracelet de sa montre préférée

D’une volonté design et usages, nous avons inventé Fastback®, système pratique, ludique et esthétique qui permet avec un petit outil de changer son bracelet, en trois tours de vis !

Cette fusion entre le cuir et le métal est tout sauf évidente, et encore plus à une échelle millimétrique !

Avec qui et comment s’est articulé ce projet ?

Je suis le porteur du projet, avec un duo de designers de l’agence BDDC, dont les clients sont Louis Vuitton, Bell & Ross ou Seiko…Ils sont spécialisés dans le design de montres depuis 25 ans. On s’est rencontré via mon blog. En l’espace de trois mois, nous avions le design du produit complet, boitier, cadran et bracelet. En janvier 2018, les premiers croquis étaient dessinés.

En parallèle, un bureau d’étude (ingénierie) validait la faisabilité technique de notre projet. La modélisation 3D était viable.

Nous passons ensuite à l’étape prototypage du boitier puis à la partie la plus complexe, à savoir la réalisation du bracelet : Après plusieurs écueils, je me suis rapproché d’un partenaire français, à Besançon, extrêmement proche et réactif, qui avec leur puissance de R&D ont donné corps au bracelet et validé nos intuitions : en l’espace de 6 mois, le bracelet Fastback® existait !

On soulève le capot ? C’est comment au niveau mécanique ?

On fabrique la boite de la montre en Asie, avec un partenaire à Hong-Kong comme quasiment toutes les marques.

Pour la partie mouvements, on travaille avec deux partenaires japonais extrêmement fiables et réputés : Pour la montre automatique, c’est Miyota (Citizen) et pour le modèle Chronographe on travaille avec une filiale de Seiko.

Et pour le bracelet, c’est notre partenaire à Besançon… Nous avons breveté le système Fastback® et déposé la marque SYE.

Enfin pour l’identité de marque, j’ai voulu aussi innover avec une identité graphique dessinée : toute la charte graphique est incarnée à travers un personnage et un univers de bande dessinée (qui est aussi une vieille passion) : Je travaille avec un dessinateur de comics américain Giovanni Valletta, qui a travaillé notamment avec MARVEL !

Que se passera t’il le jeudi 16 janvier 2020 ?

Je révèle le projet SYE et lance la campagne de relations presse, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis auprès de la presse horlogère, lifestyle, auto et moto, et sur les réseaux sociaux !

Nos deux premiers modèles MOT1ON AUTOMATIC 24 et MOT1ON CHRONOGRAPHE seront présentés aux professionnels et au grand public. Ces deux modèles sont disponibles en cadran acier brossé et gris fumé brossé, avec 10 bracelets différents soit 40 combinaisons de personnalisation !

Nous lançons la commercialisation en pré-commandes et les 500 premiers modèles seront numérotés et nos acheteurs pourront bénéficier d’une réduction allant jusqu’à 40% !

Pour la marque, nous installons une proximité avec la communauté, bénéficions d’une étude de marché en tant réel et générons de la trésorerie pour démarrer la première production : transparence, proximité et interactivité !

Quels ont-été les écueils de ta vie d’entrepreneur ?

Il y’a des hauts et des bas et une grande amplitude d’émotions : des phases euphoriques en période de design et de création et certaines phases de découragement lorsque l’on ne rencontre pas tout de suite les bonnes personnes, qui y croient et qui te suivent !

Ce cheminement nous impose la flexibilité, le fameux « pivot » ! D’autant que j’ai bousculé le marché en remettant en question le système d’arrimage du boitier au bracelet Fastback®, ce qui n’avait pas été fait par les grands constructeurs : ce fut donc très compliqué !

Quelle est ta roadmap ?

Comme déjà précisé, nous dévoilons le projet ce 14 janvier puis mettons en place une campagne de crowdfunding d’ici fin février, pour un mois environ, et lancerons la production fin mars pour assurer les premières livraisons vers juillet !

Nous avons prévu pour le lancement un Lounge tous les vendredis à Paris, pour toucher, soupeser, mettre au poignet la montre au cours d’un rendez-vous personnalisé !

Enfin, je serai présent sur le mythique salon Baselworld, le salon mondial de l'horlogerie et de la bijouterie qui se déroule à Bâle en Suisse, depuis 1917 !

Je souhaite m’insérer durablement dans l’univers masculin lifestyle / accessoires de mode : on va travailler toute la gamme de bracelet comme une gamme d’accessoires permanents (Fastback® Premium) et également des collections capsules tous les six mois en édition limitée !

Quels sont tes liens avec l’ESSCA et les Alumni ?

De manière permanente des liens d’amitié et pour l’anecdote, j’ai récemment aidé la fille de mon cousin à intégrer l’ESSCA et…à revivre par procuration cette période des concours !

Dans le cadre de la mise en place du projet SYE, on voit que le réseau est partout, même là où on ne l’attend pas...Pour un shooting, j’ai fait appel à un fabricant de casques moto…qui s’est avéré être ESSCA lui aussi !

De façon plus pragmatique, je suis cotisant à l’association …j’ai vraiment ressenti - en me lançant dans le projet SYE - le besoin de me reconnecter avec mes réseaux : J’ai repensé à cette communauté source d’inspiration, et au nouveau dynamisme de l’association, dans laquelle on trouve une grande richesse d’échanges d’expertises et de parcours. Enfin, je serai très heureux d’intervenir dans le Club ESSCA Alumni Luxe et métiers d’excellence !



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.