Actualités

Partager sur :

EPC : la start-up qui modernise l'image du champagne

Vue 753 fois

 

 

 

EPC, fondée par Edouard Roy (promo 2014) est une jeune start-up qui a levé il y a à peine un an 1 million d'euros pour moderniser l'image du champagne.

La marque veut partir à la conquête des jeunes de 20 à 35 ans !

Découvrez le témoignage de ce jeune entrepreneur !

Propos recueillis par Delphine de Ghellinck

 

 

 Edouard, pourquoi as-tu intégré l’ESSCA ?

Le choix a été assez simple pour moi ! Je ne me voyais pas intégrer des classes préparatoires car j’avais envie de rentrer rapidement dans la vie d’entreprise avec de l’apprentissage. Le format de 5 ans proposé par l’ESSCA avec beaucoup de stages, la reconnaissance du diplôme tout comme la qualité des profils qui en sortent m’ont vraiment convaincu.

Quelles ont été les grandes étapes de ta carrière ?

Ma carrière entrepreneuriale a commencé à l’Essca. En rentrant d’un semestre à l'étranger, j’avais un peu de temps et j’ai travaillé sur un 1er projet qui a duré 2 ans...  Puis j’ai rejoint un grand cabinet de conseil américain pour me former et gagner en organisation, en process…pour très rapidement repartir vers les start-up. J’ai été très vite piqué par le « virus entrepreneuriat » dont on a du mal à se défaire. Bref, les années sont passées très vite et j’ai rapidement créé EPC !

Comment es-tu passé d’une start-up dans le High tech à une start-up dans le champagne ?

Pour contextualiser, j’ai la chance et la fierté d’avoir des racines champenoises par mon père et d’avoir connu un peu l’écosystème autour du champagne.

Dans la dernière start-up dont j’ai pu sortir, j’avais envie de faire quelque chose qui avait plus de sens pour moi, en lien avec ma passion, en l’occurrence les produits du terroir, le travail de la terre; cela m’a donc poussé à créer une boite dans cet univers. Ce n’était pas facile car c’est un environnement très concurrentiel. Je me suis lancé dans ce projet en novembre 2018 avec mon associé que j’ai rencontré un peu par hasard et qui était un peu plus expérimenté dans le domaine champenois. Nous étions très complémentaires.  Je lui ai apporté la dimension start-up, car j’en avais déjà créé, et lui m’a partagé toute l'expérience champenoise avec sa connaissance de cet écosystème qui est un monde assez fermé. Nous avons intégré des investisseurs et des partenaires stratégiques en novembre 2018. La marque EPC a été lancée en juin 2019 et on a commencé sa commercialisation dans la foulée.

On a eu la chance de connaître un succès assez rapide. En quelques mois, on a fait 1 million d’euros de chiffre d’affaire, on a renforcé l’équipe au fur et à mesure. Nous étions 2 au départ et nous sommes aujourd’hui une trentaine avec nos agents commerciaux. On est passionné par ce que l’on fait et c’est vraiment ça qui est génial. Ce n’est en aucun cas un projet pour un projet mais un projet qui nous passionne 😉

Peux-tu nous expliquer en quoi consiste EPC ?

EPC, c’est une marque de champagne mais dont on a voulu moderniser l’image. Ce secteur emblématique existe depuis très longtemps, il est connu du monde entier mais pour autant il est assez opaque et statique avec peu d’innovation majeure ces derniers temps.

Notre idée : offrir une marque jeune et conviviale qui parle tout simplement du vin et traduit la richesse du terroir champenois.

Notre pari, c’est donc de raconter l’histoire de nos bouteilles. En scannant l’étiquette de la bouteille,  vous savez tout sur son élaboration, sa provenance, sa traçabilité, sur  son prix (rémunération du vigneron par ex)

Nous avons souhaité cesser de faire des mélanges contrairement aux grandes marques de champagne en travaillant chez les vignerons que nous sélectionnons ! Chaque produit est le fruit d’un seul cépage, d’une seule année de récolte, d'un seul terroir et ne contient que très peu d'additifs (sucres et sulfites).

Quels sont les modes de distribution d’EPC ?

Pas de grande distribution ! Nous travaillons avec les cavistes, les cafés, les restaurants, les sociétés et nous avons un partenariat exceptionnel avec « Le Petit Ballon ».

Ton activité a-t-elle été impactée par la crise sanitaire que nous traversons ?

Bien sûr puisque nous travaillons essentiellement avec les cavistes, les bars et restaurants qui ont fermés. Il nous reste un petit volume d'affaires avec nos ventes en ligne mais on comprend bien évidemment que les gens n'aient pas envie de boire du champagne en ce moment. La frustration est d’autant plus grande que nous avions fait 5 mois absolument incroyables, en prenant même un peu l’eau tellement nous avons été dépassés par notre succès 😉

Comment vois-tu la sortie de crise ?

Notre grande force, c’est d'avoir une équipe extrêmement soudée et engagée, d’être encore tout petit et très agile ; ce qui nous permettra d’évoluer en même temps que ce marché.

La route sera sûrement longue et tumultueuse mais lorsque l'on travaille beaucoup et que l'on est passionné par ce que l'on fait, cela finit par payer.

Beaucoup de choses vont changer mais je reste positif. A mon sens, il va falloir faire preuve de chauvinisme, se poser des questions sur nos modes de consommation. A court terme, tout le monde va vouloir se retrouver après le confinement, passer du bon temps… le champagne sera là pour arroser ce genre de moments !!

J'ai vu dans "Challenges" que vous faisiez partie du top 100 des start-up où investir en 2020, une belle vitrine !

Oui, nous en sommes très fiers, nous y avons d'ailleurs beaucoup travaillé

Aujourd'hui nous avons la chance d'avoir à nos côtés un certain nombre d'investisseurs de renom qui nous soutiennent depuis le début et croient en notre modèle. Mais si nous trouvons de nouveaux partenaires stratégiques, nous n’en serons que plus forts

Quel est ton principal message d'espoir à la communauté alumni pour sortir de cette crise ?

Pour tout le monde la crise est compliquée, on est tous logés à la même enseigne ! Mais beaucoup de choses ont et vont évoluer. Les Français sont restés très soudés pendant ce confinement. Je suis assez convaincu que ce changement d'état d'esprit, cette adaptation à une nouvelle manière de travailler, tous ces bouleversements structurels vont nous être bénéfiques. Il n’y a pas de raison que ça ne reparte pas. Il faut être gorgé d'optimisme !

 

 https://www.epc-champagne.com/

 
 
 
 



Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.