Actualités

Partager sur :

Une grande voix de l’ESSCA s’est éteinte… Jacques de Latrollière nous a quittés le 15 août.

07 septembre 2023 Vie de l'association
Vue 1237 fois

Pour les plus jeunes générations, ce n’est qu’un nom et une photo sur le hall of fame de l’école, mais pour les plus anciens, c’est une part de leur jeunesse qui s’en est allée. Jacques de Latrollière a quitté cette terre le 15 août dernier à l'âge de 97 ans.

 

Mais pour mieux comprendre l’attachement des plus anciens Alumni à Jacques de Latrollière, il faut revenir sur son parcours initial et son engagement sans faille auprès de l’école et de la communauté ESSCA.

Une jeunesse engagée

LaTroll comme le surnommait affectueusement ses étudiants, de son vrai nom  Jacques Mulatier de Latrollière est né le 5 mars 1926 à Paris (16e ). 

 

Résistant malgré son très jeune âge au sein du réseau O.R.A. (Organisation de Résistance de l’Armée), il est décoré de la médaille de la Résistance ainsi que de la médaille de la Résistance Polonaise.

 

Son bac en poche (condition absolue fixée par ses parents), il s’engage dans la 1ère armée et rejoint le 8e Chasseurs d’Afrique.

 

Participant à la campagne d’Allemagne, il est décoré de la croix de guerre.

 

Démobilisé en 1946, il intègre l’I.E.P. de Paris (Sciences Po), dont il est diplômé en 1950.

 

Il effectue alors ses premières armes professionnelles au sein de la Conférence Schumann, débouchant sur la CECA (Communauté Européenne du Charbon & de l’Acier).

 

Puis, de 1952 à 1967, il travaille à l’amélioration de l’habitat rural, au sein de la Chambre d’Agriculture de Maine & Loire, puis de la Fédération de l’Aménagement Rural.

 

Les années ESSCA

1967 marque le début de son engagement auprès de l'ESSCA.

il devient Secrétaire Général de l’École le 1er septembre , tout en y assurant les cours d’histoire économique et sociale.

 

Le tout nouveau Directeur Jean LOTTE (1967/74), ayant décidé de ne pas remplacer le poste de l’Abbé POURRIAS, cumule alors ses fonctions avec celles de Directeur des Études.

 

Du coup, une partie du travail revient au Secrétaire Général, chargé par ailleurs de la comptabilité et des contentieux administratifs.

 

Ses fonctions en font aussi le grand ordonnateur des concours d’entrée qu’il organise chaque année avec brio. Si en 1967 ce sont quelques 200 candidats qui se pressent devant les portes de la rue Merlet de Laboulaye, dix-neuf ans plus tard, pour sa dernière épreuve, ils étaient 3 613 à tenter d’obtenir le fameux ticket d’entrée de l’ESSCA, sise à présent rue Lakanal... (plus de 7000 candidats en 2023)

On l’aura compris, M. de LATROLLIÈRE personnifie à lui seul une époque charnière, celle d’une transition double, à la fois géographique, il aura connu successivement les deux sites de l’École d’Angers et de Belle-Beille, mais avant tout structurelle ayant été au premier chef, l’un des artisans du développement de l’établissement et de sa profonde mutation. De fait, si l’ESSCA comptait 162 élèves à son intégration en 1967, on en dénombrait plus de 500 à la date de son départ en 1986. (6906 en 2023...)

 

Photo de la Promo 71 - Jacques de Latrollière au milieu de ses chers étudiants (1er rang - 4ème en partant de la gauche).

De 1980 à 1986, il assume les fonctions de Directeur du Premier cycle et des examens.

 

Les réalisations dont on ait le plus à s’enorgueillir sont généralement celles qui nous dépassent ou nous survivent.

 

En ce sens, emblématique est la création en 1978 de « Fondation ESSCA » dont il est à l’origine et qui définit bien les préoccupations de solidarité qui étaient les siennes, et la cohérence entre ses initiatives et ses idées (NDLR : devenue par la suite Solidarité ESSCA - sans lien avec l'actuelle fondation ESSCA créée en 2020 par les alumni).

 

La formule était là-encore en avance sur son temps, à l’heure où ce débat agite les Grandes Écoles, et où tout un chacun expérimente des solutions d’exonérations, de bourses, de fondations spécifiques, de formules d’emprunt et autres prêts d’honneur censés alléger la charge financière des moins pourvus. Jacques de LATROLLIÈRE devait devenir le premier Président de l’Association Solidarité ESSCA en 1978, siège qu’il accepterait à nouveau d’occuper, plus tard dans les années 90.

 

Deux décennies durant il aura donc œuvré sans relâche au service de l’École, lui insufflant au-delà de sa compétence unanimement reconnue, un enthousiasme communicatif qu’il savait à l’évidence parfaitement transmettre à tous les étudiants.

 

Lors de la préparation du centenaire de l'école, la communauté avait été interrogée. Un plébiscite, une avalanche d’éloges et de superlatifs ! Impossible de les citer tous. Un petit florilège en donne le ton : 

  • « Un grand bonhomme » pour la promotion Ford (1967/70), 
  • « Une sacrée personnalité » selon Alix de MALARTIC (promo 1982), 
  • « Un subtil équilibre d’autorité naturelle, d’humour et de grande culture, qui ne se prenait pas au sérieux et que l’on respectait naturellement, en clair un Monsieur ! » assure Marc CROUTON (promo 1981) 
  • « personnalité marquante par sa classe et son humanisme » écrit Patrick MOREAU (promo 1981).

Bref, sa modestie devrait-elle cruellement en souffrir, il a fait l’unanimité. Pas une fausse note. « L’élégance morale de l’homme de cœur », pour paraphraser la lettre d’un autre ancien, avait su gagner l’estime des 22 promotions successives qu’il aura eu à cornaquer, soit tout de même 1600 étudiants au total ! Près de 40 ans après son départ, le souvenir est resté intact et peu ont oublié l’interlocuteur prévenant et bienveillant qu’il était et qu’il n’a d’ailleurs jamais cessé d’être.

 

À la mi-1986, il devait s’interrompre sa collaboration pour commencer une carrière de professeur de BTS notamment auprès de l'ESPL qui venait de se créer à Angers. Il allait toutefois reprendre du service en 1991 en qualité de Conseiller auprès de la Direction de l'ESSCA.

 

Il avait depuis apporté le concours de son précieux savoir à la composition du livre du centenaire dont il a été un contributeur actif (NDLR : et dont une bonne partie de cet article est tiré).

Des distinctions qui résument sa carrière au service des autres

  • Chevalier de la Légion d'Honneur
  • Croix de Guerre (39/45)
  • Médaille de la résistance 
  • Médaille de la résistance Polonaise
  • Officier des Palmes Académiques
  • Chevalier de l’Ordre Équestre du Saint Sépulcre de Jérusalem.

Il a été conseiller municipal, puis maire de Baracé (Maine & Loire).

 

Il est resté jusqu'à sa mort membre de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts d’Angers et membre du conseil d’administration de l'association Saint Martin qui gère la Clinique Saint Martin et il a participé également au contrôle de la Clinique de l'Anjou.

Quelques réactions

  • Luc Avot (71) : "Latroll" nous aura tous marqué par sa bonhomie, son humour, son sens politique et sa passion pour les grandes questions existentielles. Décédé un 15 août, ce qui est plein de sens pour lui.  Nous en gardons tous un excellent et joyeux souvenir.

  • Michel Noyer (71) : Nous garderons le souvenir d’un homme élégant et d’une grande culture, avec beaucoup d’humour mais surtout un fin discernement sur toutes les questions politiques, économiques, sociétales ou philosophiques. Son cours était pur bonheur ! Il enseignait l’histoire économique mais fera partie désormais de celle de l’ESSCA où sa longévité aura marqué plusieurs générations. 

Ses propres mots

En mon nom, au nom de la promo 1987 et de toute la communauté ESSCA qui l'a connu, nous lui souhaitons une douce éternité et présentons nos sincères condoléances à toutes sa famille et ses proches et notamment à notre camarade Arnaud  de Latrollière (86), son fils qui lui aussi a œuvré longtemps pour le rayonnement de l'école, au sein du CA d'ESSCA Alumni. Patrick Bouillet (87) - Directeur Général ESSCA Alumni




1 Commentaire

Christian BRULARD (1982)
Il y a 5 mois
Un homme animé d'un foi ardente au service notre Église.
Depuis un moment, observant notre chère école, je me pose cette question : aurions-nous honte d'être catholiques ?
Des catholiques ouverts qui forment humanité avec ceux qui croient aux ciels et ceux qui n'y croient pas...des catholiques quand même.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.