Actualités

Partager sur :

Séquence nostalgie : la naissance d'une vocation d'entrepreneur.

17 janvier 2024 Portrait de diplômés
Publié par Patrick BOUILLET
Vue 204 fois

Pierre Fraignaud (promo 1997 et actuel responsable du Club des repreneurs) s'appuie sur son tout récent anniversaire (d'entrée) de promo pour nous faire un retour sur son parcours entrepreneurial qui a commencé... dès l'école. Une première expérience qui aurait pu le dégoûter à tout jamais de l'entrepreneuriat... mais il n'en fut rien. 

 

Morceaux choisis et lien vers l'article complet sur LinkedIn. 

Histoire de ma première reprise (il y a bien longtemps...)

Il y a un mois, j’ai fêté mes 30 ans(!!)...d’entrée dans mon école de commerce (L'ESSCA Ndlr). 

 

Pour l’occasion, nous étions plus d’une centaine à nous retrouver sur une péniche en plein cœur de Paris et c'était vraiment un excellent moment.

La question du jour : « Et toi tu fais quoi maintenant ? ».

J’ai forcément eu beaucoup l'occasion de parler de mon parcours du moment d’entrepreneur / repreneur de PME.

 

Et j’ai réalisé que mes premières expériences "entrepreneuriales" remontaient à mes années ESSCA .

 

Quand après 2 années passées sur le campus parisien j’ai débarqué à Angers, j’ai naturellement cherché à poursuivre l’engagement associatif démarré l’année précédente avec la création d’une association en compagnie d’une poignée d’amis.

 

En discutant avec le BDE je me suis laissé convaincre par la reprise d’une association mythique (pour moi en tout cas) qui cherchait encore sa nouvelle équipe !

 

Evidemment du haut de mes 20 ans j’ai foncé tête baissée, séduit par ce que j’avais en tête (aaaah les soirées à la Conf’ en 1ère année !…).

J’avais juste posé 2 conditions :

 

1️⃣ avoir une bonne équipe et notamment un compère de confiance pour me lancer.  ✅ 1 copain de promo était partant et nous allions recruter aisément notre équipe de 1ere & 2eme années.

 

2️⃣ que l’association ne soit pas dans le rouge. ✅ le compte bancaire était légèrement positif.

 

4 mois après, j'étais assigné au tribunal, en compagnie du BDE.

 

Jeune et insouciant, bénévole, j’ai subitement découvert que le président d’association engage potentiellement sa responsabilité personnelle : responsabilité civile, responsabilité pénale ou responsabilité financière.

 

J’ai bien cru que je pourrais y perdre personnellement beaucoup d’argent que je n’avais pas encore commencé à gagner...




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.